En 2011, les combattants islamistes de Daech s’emparaient de l’une des cathédrales de la ville de Homs en Syrie. Il s’agissait de la cathédrale de l’Église grecque-catholique melkite. Ses nouveaux occupants l’ont aussitôt transformée en caserne, en raison de ses dimensions non négligeables. Malheureusement, l’édifice a été fortement endommagé par les combats et sa nouvelle affectation jusqu’en 2014. Les trois années qui ont suivi marquent un certain retour à une vie normale pour les habitants du quartier.

Grâce au recul des forces des Daech et avec la libération de Homs en mai 2017, une remise en état a été rendue possible. Les travaux de reconstruction ont en partie été financés par des dons occidentaux. Le patriarche local ayant considéré que la cathédrale avait été profanée, il a procédé à une nouvelle consécration du lieu de culte le 1er décembre. Au mois de septembre, l’archevêque de Homs déplorait qu’il n’y ait plus que 70 familles de fidèles pour la paroisse en question, contre près de 300 avant la guerre. Homs est la troisième plus grande ville de Syrie. En 2011, elle avait été qualifiée de « capitale de la révolution ». C’est une page qui se tourne et la vie qui reprend ses droits.

Ne ratez plus les news les plus importantes grâce à la newsletter envoyée chaque mardi. Vous allez adorer !


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici