Un journaliste menacé de mort dans la cité du terroriste Radouane Lakdim

603
PARTAGER

Le vendredi 23 mars 2018, un nouvel attentat a jeté les Français dans la stupeur. Cette fois-ci, les faits ont eu lieu dans le département de l’Aude (11), près de Carcassonne. À Trèbes très précisément, où un islamiste a effectué une prise d’otages dans un Super U après avoir tiré depuis une voiture sur des CRS en train de faire du jogging. En ce moment, le bilan est de quatre morts, plusieurs blessés étant encore pris en charge. Dans ces péripéties, la France aura notamment été émue par l’acte héroïque d’un officier de gendarmerie, le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame. En effet, celui-ci n’a pas hésité à s’offrir contre plusieurs otages. Il aura en particulier permis à Julie, une caissière du supermarché, de survivre pour le plus grand bonheur des enfants de cette dernière.

C’est de bonne guerre : ce nouvel attentat occupe une large place dans les colonnes des médias français et étrangers. On revient notamment sur le sacrifice du lieutenant-colonel Beltrame, mais aussi sur le parcours du terroriste Radouane Lakdim, né de nationalité marocaine mais naturalisé français au début du troisième millénaire. Fiché S et comptant plusieurs condamnations à son actif, les opinions de sa compagne ont également choqué. Celle-ci, qui est devenue musulmane, est elle aussi fichée S et tient des propos pro-État islamique sur Facebook. Elle aurait en outre regretté que son compagnon n’ait pas tué davantage de personnes. Dans un registre similaire, un journaliste a voulu faire un reportage vidéo dans la cité Ozanam de Carcassonne, où l’islamiste a grandi et vivait. Un individu l’a alors violenté en le menaçant de mort si jamais le professionnel de presse ne déguerpissait pas devant le groupe de l’agresseur…

Source :

The Boss