Quel avenir pour l’agriculture biologique ?

218
PARTAGER

Le bio a aujourd’hui le vent en poupe. En effet, les consommateurs actuels se tournent de plus en plus vers des produits plus sains. D’ailleurs, près de 80 % des Français voudraient trouver dans les restaurants des produits bio. Les professionnels du secteur aspirent donc à répondre à ces besoins.

L’agriculture biologique séduit un grand nombre de professionnels. Si les produits sont souvent locaux, on remarque de plus en plus l’engouement des grandes industrielles de l’agroalimentaire pour ce domaine. Désormais, l’usage de technologies innovantes permet d’adopter une agriculture de précision. On peut donc s’attendre à un véritable développement de l’agriculture biologique.

Une alternative intéressante pour les agriculteurs traditionnels

Les agriculteurs français font face à un problème majeur. De plus en plus d’entre eux arrêtent leur activité. Face à la hausse croissante des produits bio, ce type d’agriculture pourrait constituer une solution de choix pour les agriculteurs. D’ailleurs, il faut savoir que la France est actuellement le 3e marché mondial du bio.

Depuis 2016, on remarque une augmentation de l’offre. La pénurie d’agriculteurs a néanmoins favorisé la baisse de celle-ci, contraignant la France à importer. L’agriculture bio reste un secteur très florissant. Si le gouvernement aidait les professionnels du secteur, on peut s’attendre à une véritable croissance du marché.

Le succès des produits bio

De plus en plus d’entreprises se tournent aujourd’hui vers le bio. D’ailleurs, le marché est actuellement en plein essor malgré la crise agricole en France. Ce marché représente en Europe plus de 25 milliards d’euros. De plus, les agriculteurs adoptant une démarche responsable se développent très bien.

Contrairement aux autres produits, le bio est beaucoup plus cher. Ceci est tout à fait normal étant donné les investissements réalisés par les producteurs. L’année dernière, 21 agriculteurs se sont convertis au bio. En France, le bio représente près de 7 milliards d’euros.