Qui est Orbán, Premier ministre de Hongrie ?

232
PARTAGER

La Hongrie est désormais un petit pays d’Europe centrale, comptant moins de 10 millions d’habitants, mais à l’histoire très riche. Ces dernières années, cette nation n’a pas forcément beaucoup intéressé les médias français. Depuis quelques jours cependant, le feu des projecteurs s’est braqué sur cet ancien royaume un temps gouverné par les Habsbourg. En cause : les élections législatives hongroises du dimanche 8 avril 2018. À cette occasion, Viktor Orbán a obtenu la plus grande victoire électorale nationale de sa carrière par l’intermédiaire de son parti Fidesz, ayant obtenu près de 49 % des suffrages (il n’y a qu’un seul tour), soit 4 points de plus qu’en 2012, année des précédentes élections législatives. Le premier parti de l’opposition, soit l’extrême droite du Jobbik, se maintient légèrement en deçà de 20 % des voix. Orbán va donc commencer son troisième mandat consécutif de Premier ministre de la Hongrie avec une légitimité renforcée. Mais qui est-il vraiment ?

Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne depuis fin 2014, a qualifié Viktor Orbán de « dictateur ». Son refus de l’immigration lui vaut en effet des difficultés auprès des institutions européennes et de certains États occidentaux. Mais la Hongrie d’Orbán peut compter sur ses alliés du V4 (groupe de Visegrád rassemblant la Hongrie, la Slovaquie, la Tchéquie et la Pologne), mais aussi sur la Russie et la Roumanie, voire l’Autriche, la Bulgarie ou l’Italie…

Viktor Orbán jouit d’un long parcours politique, commencé lors de ses études. À l’époque, il s’était engagé contre le communisme puis a présidé le Fidesz, un parti libéral classé à droite et associé à la société civile hongroise. Il est devenu Premier ministre à 35 ans en 1998 : il était alors le plus jeune leader politique d’Europe à exercer de telles fonctions. Orbán est redevenu Premier ministre en 2010 à l’âge de 46 ans, poste qu’il occupe toujours depuis. Il gouverne en s’appuyant sur l’histoire chrétienne de la Hongrie et ses différentes valeurs. Son succès auprès des Hongrois lui vient aussi de son opposition à l’immigration massive et à l’Europe de Bruxelles.

Source :

Brut